Sally Mann et « l’ange de l’incertitude »

Sally Mann - Shiva at Whistle Creek

Sally Mann – Shiva at Whistle Creek

Face aux œuvres de Sally Mann, qui met en scène essentiellement ses propres enfants, on ne peut rester indifférent, bien que les sentiments soient parfois mitigés…

« C’est un des talents de Sally Mann que de nous déranger ainsi (…)

Il y a bien sûr chez elle une volonté d’intimité, de simplicité, très naturelle et où le sentiment de provocation vient plus de nos propres inhibitions que d’une perversité photographique (…)

Sally Mann utilise le collodion humide, technique d’il y a plus d’un siècle qu’elle revisite, technique délicate, tactile, picturale, aux antipodes de la modernité technologique froide, technique qui permet l’intervention manuelle de l’artiste, badigeonnant ses plaques d’enduit avec un pinceau, et l’intervention du hasard, poussières et saletés se déposant sur la plaque pour y créer des incongruités, des accidents. Cette culture de l’accident, ce refus de se plier totalement au dictat de la technique parfaite, immaculée, donnent à ses photographies un caractère poignant. » *

L’artiste prie pour la visite de « l’ange de l’incertitude », sorte de valeur ajoutée de l’inattendu, au moment de la capture de ses images.

* http://lunettesrouges.blog.lemonde.fr/2010/08/01/la-perte-de-linnocence-sally-mann/