Hommage à Lou Reed… / Tribute to Lou Reed…

The bed

This is the place where she lay her head
when she went to bed at night
And this is the place our children were conceived
candles lit the room brightly at night

And this is the place where she cut her wrists
that odd and fateful night
And I said, oh, oh, oh, oh, oh, oh, what a feeling
And I said, oh, oh, oh, oh, oh, oh, what a feeling

This is the place where we used to live
I paid for it with love and blood
And these are the boxes that she kept on the shelf
Filled with her poetry and stuff

And this is the room where she took the razor
and cut her wrists that strange and fateful night
And I said, oh, oh, oh, oh, oh, oh, what a feeling
And I said, oh, oh, oh, oh, oh, oh, what a feeling

I never would have started if I’d known
that it’s end this way
But funny thing, I’m not at all sad
that it stopped this way

This is the place where she lay her head
when she went to bed at night
And this is the place our children were conceived
candles lit the room brightly at night

And this is the place where she cut her wrists
That odd and fateful night
And I said, oh, oh, oh, oh, oh, oh, what a feeling
And I said, oh, oh, oh, oh, oh, oh, what a feeling

Sad song

Staring at my picture book
she looks like Mary, Queen of Scots
She seemed very regal to me
just goes to show how wrong you can be

I’m gonna stop wastin’ my time
Somebody else would have broken both of her arms

Sad song, sad song
Sad song, sad song

My castle, kids and home
I thought she was Mary, Queen of Scots
I tried so very hard
shows just how wrong you can be

I’m gonna stop wasting time
Somebody else would have broken both of her arms

Sad song, sad song
Sad song, sad song
Sad song, sad song
Sad song, sad song
Sad song, sad song
Sad song, sad song

Publicités

Au revoir Albert Jacquard

Quelqu’un qui ne mourra jamais tout à fait.

albert-jacquard_4038619

« La goutte d’eau et moi avons un arbre généalogique commun. Merveilleux, n’est-ce pas ? »

« L’important n’est pas que mon discours soit vrai, mais qu’il soit sincère. »

« Exister, c’est ne pas se confondre avec le milieu environnant, c’est être hétérogène, c’est être différent. Chaque couleur n’est elle-même que par le contraste avec la couleur qui lui fait face. Elle n’a de valeur que dans l’opposition. »

« Je comprends enfin que, pour sortir de l’enfance, il ne s’agit plus d’être le plus fort ; il s’agit de savoir rencontrer. »

Someone who will never die completely.

« The drop of water and I have a common family tree. Wonderful, isn’t it? »

« What matters is not that my speech is true, but that it’s sincere. »

« To exist, it is not to merge with the surrounding environment, it is to be heterogeneous, it is to be different. Each colour is itself only by contrast with the colour opposite. It has value only in the opposition. »

« At last I understand that the way out of childhood, it is no longer to be the strongest, it is to be able to meet. »

Merci à lui d’avoir été. Thank him to have been.

Frôler l’éphémère – Adieu Bashung – Play blessures

Alain_BASHUNG_
… S’il fallait n’en choisir qu’une, ce serait celle-là :
Dans ma tête, mon coeur et mon corps, LA chanson absolue, écrite en collaboration avec Gainsbourg en 1982, et interprétée dans cette vidéo avec mon autre amour effondré à sa manière, Bertrand Cantat. (Volontaire, album Play blessures).
Emotions censurées
J’en ai plein le container
Je m’accroche aux cendriers
M’arrange pas les maxillaires
Section rythmique, section de combat
Effets secondaires
C’est quelles séquelles
C’est tout ce qui me reste de caractèreTête brûlée
J’ai plus qu’à m’ouvrir le canadair
N’essayez pas de m’éteindre
Je m’incendie volontaire
A l’analyse il ressortirait
Que je suis pas d’équerre
Vol de nuit sur l’Antarctique
J’attends la prochaine guerreJamais d’escale
Jamais de contact
Avec l’ordinaire
Perdu la boussole le compas
Erreur volontaire
Frôler des pylônes
Des canyons
Frôler l’éphémère
Si tu touches
Si tu te crashes
Tu rentres dans le légendaire
Réalité
Réalités
Punition exemplaire
Si c’est pour jouer les fugitifs
Moi je suis volontaire

Volontaire

Et comme personne n’a dit qu’il fallait se limiter à une :
D’heure en heure
L’apiculteur se meurt
Il a eu son heure
Il a fait son beurre
Api apiculteurD’heure en heure
L’apiculteur effleure
La fin du labeur
Api apiculteurDans une autre vie
Les marguerites s’effeuillent au ralenti
Personne n’est vainqueur
Les proies les prédateurs
Savourent le nectar
D’une pomme d’api
Api apiculteur

L’heure c’est l’heure
On n’est pas d’humeur
A verser des pleurs
Fières ont les ouvrières
Le jour en tailleur
Le soir en guépière
Quand la mort vous susurre
Des serments veloutés
Que rien n’est moins sûr
N’aura plus d’importance
Ni la chaleur
Ni les piqûres

Api apiculteur
Api apiculteur

D’heure en heure
L’apiculteur se meurt
Trouve l’interrupteur
Une oasis
Aux allées bordées d’épagneuls
Que la splendeur n’effraie plus
Api apiculteur
Api apiculteur
Api apiculteur
Api

Silence mes anges http://www.deezer.com/track/2443897 Silence mes anges Se réconcilient