Monsieur Butterfly tombe amoureux

 » 
 J’ai acheté ses ballons à crédit. J’ai aussi acheté à crédit une bouteille d’hélium et quelques fournitures dont j’avais besoin. Pendant que les employés s’en occupaient, j’ai observé son visage quand elle ne savait pas que je l’observais, et c’était absolument celui d’un enfant pendant qu’elle tripotait les ballons orange tout mous et dégonflés dans le sac, un visage plein d’émerveillement.
– On dirait des poissons rouges qui attendent de naître, qu’elle a dit.
  Et c’est là que mon coeur a hurlé. Le premier hurlement depuis si longtemps parmi tant de murmures désemparés, le vrai cri après toutes ces années, et j’ai posé ma main là parce que j’ai pensé que je risquais de mourir. J’ai voulu l’écraser, le faire taire.
  Mais elle a pris mon bras quand nous sommes sortis et elle m’a regardé en ouvrant la portière et elle a souri quand j’ai baissé les yeux pour remarquer que lorsqu’elle était allongée sur le trottoir elle avait laissé l’empreinte d’un ange.
« 
Howard Buten, Monsieur Butterfly, éd. Points page 67