Retour vers l’écriture?

 
Le Nouveau Magasin d’écriture : Atelier 1
 
 
J’ai adoré me prendre au jeu de cet atelier repéré par Télérama. En laissant une part au hasard, on obtient un texte complètement personnel, on se surprend soi-même!
 
Je vous livre le résultat de mon expérience:
 
 

On ne peut voler leur rouge aux iris.

Le désir coule en goutte le long d’une main sinueuse.

C’est comme une fourrure à la douceur de coups.

Ce sont des herbes hautes qui bercent sous la peau.

Une silhouette cherche son équilibre sur le sourcil du doute.

Elle a laissé le creux d’un souffle, un infini. 

On voudrait donner à un tas d’argile l’élasticité d’un chat.

On voudrait faire prendre nos boules de nerfs pour d’inoffensifs cailloux peints.

Ne nous reste qu’à pleurer la candeur d’une caresse.

La page de nos corps s’écrit en lents baisers qui dévorent.

 

Mooon

 

 

 A vos claviers! Venez partager le résultat de vos expériences ici… D’avance merci! ;o)

 

Publicités

16 réflexions sur “Retour vers l’écriture?

  1. Pourrais je me tromper si je passais a coté de lui le temps d apercevoir son relet dans la glace du coiffeur?.
     Son caractere de femme forte me fait pour elle la lune decrocher.
     Quel avait été son vonyage, avait il fait preuve de compréhension?.
     A t il gardé de son ame d\’ enfant le regard intelligent?
     A t il compris que la carte n etait pas le territoire?.
     L herbe etait verte le soleil me réchauffait .
     Mon espace de reverie juste le sieste paresse et le bonheur du reve.
     En pensant a sa maladie et la cohorte d\’ imbéciles qui se targaient de le soigner.
     Je pense aux deux mamelles de l etre: ventre et bas-ventre et aux deux figures de l esprit la face et le visage.
     Car apres avoir compris ce que j avais lu je ne voulus plus etre ni disciple ni esclave.
     Car vivre c est reflechir choisir non pas son chemin mais sa destinée.
     exercice intéressant… te le pique please
     

  2. Son sexe avait jouit de la situation – il ne pouvait pas le nier – et sa tête en avait tiré un égal plaisir. Il regarda longuement et fixement la plante sur la table de chevet.. Une mélancolie tenace s\’accrochait dans le goût de sa langue alors qu\’il jouait négligemment du bout du doigt avec les gouttelettes des deux spermes mêlées sur son ventre: lequel était le sien ?
    Cette mésaventure lui fit se demander si son sperme ressemblerait à la laitance des poissons…
    De cette pensée naquit un désir trouble et envahissant: celui d\’être aimé physiquement par tous les hommes de cette terre !
    Il alluma la radio..
    Le réseau "Licorne" semblait s\’être complètement dissous dans l\’air et ne donnait plus aucun signe d\’activité.. Le site était désormais restreint en "accès privé" et chaque fois qu\’il tentait un "login", un petit microscope s\’affichait et semblait s\’activer, avant de lui refuser systématiquement l\’entrée. Il était désemparé….
    Sa mère semblait alors ne plus aimer que sa bouteille et le seul contact physique qu\’elle tolérait encore était celui des séances avec son kinésithérapeute, trapu, costaud et poilu qui ressemblait à un bel ours brun et rassurant. Ceci expliquant sans doute cela….
    De son coté, il priait tous les dieux, même Allah, que se ne soit pas là un maladie héréditaire..
    En ramassant cette carte à jouer sur le bitume, il considéra qu\’il pouvait voir dans ce valet de coeur un présage de mariage…. Cette perspective le réjouit, il pourrait bientôt abandonner sa mère à son amnésie globale et rejoindre celui qu\’il surnommait parfois "le radis noir"…
    ça le faisait toujours rire !

  3.  j\’ ai retenté l\’ experience à plusieurs reprises… mais rien n\’ en est sorti… le premier jet garde donc toute la force de l\’ inconscient et de la découverte.

  4. Toutes mes nuits étaient sombres auparavant. La boîte de mes idées était trop grande et envahie de brouillard ! Je sens mon amour battant dans mon corps mais aussi dans ma tête.  Toum toum… Toum toum …. Cette fille semble trop belle pour moi, nous sommes si proche et ci lointain. . Il était gênant d’être là parmi toutes ces personnes, j\’étais effrayé que l\’une d\’entre elle puisse entendre mon coeur battre. Alors je me suis mis à regarder ses beaux cheveux crollés, et je me suis noyé dedans. Mais notre âme était similaire et jumelle . Ma bouche manquée de salive, comme un arbre sans sève. . Je pensais tellement que j\’eu certainement fait un sourire sombre. Mais mes yeux rêvés à ses nuits passées au parfum de fleurs. .
     
    Je suis pas douée avec les mots mais c\’était sympa à faire…

  5. En partage,
    Tandis que ses rêveries s\’ éstompaient, l\’ aurore éclairait doucement ce nouveau jour.. Le voile couleur d\’ ambre se raffraîchit dans la brume rosée du matin. Tel un éclair, elle pris sa plume et illustra les chants de maldoror, une tentative d\’ indocilité qui laissait la trace de son égo.. Elle s\’ amusait de ce jeu parfois trouble et  tellement ludique . Elle confondait ses facettes, tonalité rubis miroitant ses sensivités. Dans un cri éphémère, elle venait d\’ entrevoir le lien qui les unissait par delà les mots…. A présent  le fruit bien épluché dégageait l\’ odeur de l\’ enfance joyeuse, tous ses sens s\’ éveillait et la douceur revenue. Cette anamnèse  s\’ éloignait peu à peu, demain à cet endroit le désir prendra toute sa forme..  .un cerceau presque doré, ou bien une lune pleine et ronde, frémissant de tout son corps la forme s\’ imprimera pour longtemps. L\’ usure du temps n\’ y pourra rien. Entraînant une certaine opacité des images, mélé de pointes de vives couleurs. Elle aperçevait le rouge rubis qui lui sied tant. Elle relevait sa robe et sa chair rose pêche sentait bon le parfun de l\’ acacia fleuri.
     
    Bien sympa à faire, je fais un lien sur mon blog, merci Mooon 

  6. Je ne t\’ai pas dit tout le bien que je pensais de ton texte généré de façon  pas tout à fait aléatoire… J\’ aime vraiment les associations synesthésiques que tu as su rendre sous une forme que je qualifierais "d\’ aphorismes du sens de la vie".
    Tout  particulièrement –
    Le désir coule en goutte le long d\’une main sinueuse (Quelle  image forte )

    On voudrait donner à un tas d\’argile l\’élasticité d\’un chat. (évident)
    On voudrait faire prendre nos boules de nerfs pour d\’inoffensifs cailloux peints. (magnifique !)
    Ne nous reste qu\’à pleurer la candeur d\’une caresse. (c\’est tellement vrai)
    La page de nos corps s\’écrit en lents baisers qui dévorent. (me rappelle  un film …)
    Me concernant tu as raison , même en peinture je peins des sensations par associations…
    Connaîs tu ce poême d\’ un grand synésthésique nommé baudelaire?
     
    A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles, Je dirai quelque jour vos naissances latentes : A, noir corset velu des mouches éclatantes Qui bombinent autour des puanteurs cruelles, Golfes d\’ombre ; E, candeurs des vapeurs et des tentes, Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d\’ombelles ; I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles Dans la colère ou les ivresses pénitentes ; U, cycles, vibrements divins des mers virides, Paix des pâtis semés d\’animaux, paix des rides Que l\’alchimie imprime aux grands fronts studieux ; O, suprême Clairon plein des strideurs étranges, Silences traversés des Mondes et des Anges ; – O l\’Oméga, rayon violet de Ses Yeux !

  7. Je viens seulement de relire mon texte aleatoire et les fautes j\’ aima pas beaucoup… "elle prit", tous ses sens s\’ éveillaient", escuses.

  8.  Merci aléa!
    On dirait que tu n\’étais pas très bien réveillée en écrivant ;o)
    Je me permets une petite précision: le poème "Les voyelles" est de Rimbaud, lui-même inspiré par Baudelaire.
     

  9. You\’ve been tagged !
    Pour en savoir plus va lire le dernier billet sur mon blog ;o)
    Profites en pour aller jeter un oeil et surtout une oreille à l\’avant dernier sur Pascale Borel !

  10.  
     
    Je m\’y suis recollé… et le résultat ne me déplait pas ! lol
     

     
    Délivrez nous du mal
     
    Il se demandait, le coeur en compote, au bord de la crise existentielle, si la maladie ne s\’installait pas en lui comme dans un canapé bien moelleux. Elle semblait descendre et se tendre droit vers la chatte de sa mère. Ce puit sans fond comme le véritable le coeur de chauffe d\’un corps qui semblait autrement moribond.
    En récitant des prières à la Vierge Marie qu\’il trouvait dans le gros livre gris, vautré, le dos en compote, il regardait les poissons rouges et noirs, dans la vasque, tourner et tourner encore, puis foncer parfois droit devant eux dans un sprint inutile..
    Il essuyait les gouttes de sueurs qui ruisselaient sur son front et sa lèvre supérieure et rangeait son mouchoir dans sa casquette. Le corps tout courbaturé, comme ne faisant qu\’un avec celui du fauteuil. La trouille faisait lentement monter et descendre ses testicules dans leurs petits sacs de peau fripée et molle et il semblait ressentir, agréablement dans chacune d\’elles, au travers du caleçon, le confort et le moelleux du coussin.. Elles étaient pleines de ce nectar chaud qu\’il aimait autrefois tant goûter et avec lequel il lui arrivait de peindre, dans ses carnets, de petites aquarelles délicates qui en séchant devenaient joliment brunâtres.
     
     
     

  11. Corto: Vivante, oui! Mais préoccupée par mon déménagement, les démarches et les conséquences qu\’il implique… Au point de délaisser ce lieu et les amis qui m\’y attendent. Mea culpa!
     
    Foxart: Mille excuses de t\’avoir momentanément laissé en plan, d\’autant que ton deuxième texte est un beau cadeau. Il faut que tu écrives, toi; on en reparlera… Euh, à la place de "moelleux", je crois que j\’irais jusqu\’à oser "la tendresse du coussin", mais bon, j\’ai toujours été une grande naïve romantique, hein… A attribuer de la tendresse à ce qui n\’en a même pas la notion!
    Pour le tag, je n\’oublie pas; j\’ai déjà fait plusieurs tentatives qui se sont révélées douloureuses (!) parce qu\’un autoportrait, à cette période de ma vie, ça tendrait vers le Bacon… Alors il faut que je trouve une formule simple et sereine.
    Merci pour Pascale Borel!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s